PDF/EPUB Réflexions d'un historien sur les fausses nouvelles de la Þ publitags.co

Les fausses nouvelles dans toute la multiplicité de leurs formes ― simples racontars impostures légendes ― ont rempli la vie de l'humanité Comment naissent elles ? de quels éléments tirent elles leur substance ? comment se propagent elles gagnant en ampleur à mesure qu'elles passent de bouche en bouche ou d'écrit en écrit ? Nulle question plus que celles là ne mérite de passionner quiconque aime à réfléchir sur l'histoire MARC BLOCHLes fausses nouvelles dans toute la multiplicité de leurs formes ― simples racontars impostures légendes ― ont rempli la vie de l'humanité Comment naissent elles ? de quels éléments tirent elles leur substance ? comment se propagent elles gagnant en ampleur à mesure qu'elles passent de bouche en bouche ou d'écrit en écrit ? Nulle question plus que celles là ne mérite de passionner quiconque aime à réfléchir sur l'histoire MARC BLOCHLes fausses nouvelles dans toute la multiplicité de leurs formes ― simples racontars impostures légendes ― ont rempli la vie de l'humanité Comment naissent elles ? de quels éléments tirent elles leur substance ? comment se propagent elles gagnant en ampleur à mesure qu'elles passent de bouche en bouche ou d'écrit en écrit ? Nulle question plus que celles là ne mérite de passionner quiconque aime à réfléchir sur l'histoire MARC BLOCH


1 thoughts on “Réflexions d'un historien sur les fausses nouvelles de la guerre

  1. says:

    Dans ce texte court vif et plaisant à lire Marc Bloch montre l’importance de l’étude sérieuse des fausses nouvelles fausses nouvelles nées spontanément – qu’on pourrait qualifier de rumeurs – et non celles forgées par la presse – c’est à dire la propagande de la Grande Guerre en ce que la connaissance des mécanismes psychologiques qui favorisèrent leur prolifération doit permettre de mieux comprendre comment – à toutes les époques – se forment mythes et légendes Le rôle de la censure a été considérable Non seulement pendant toutes les années de guerre elle a bâillonné et paralysé la presse mais son intervention soupçonnée alors même qu’elle ne se produisait point n’a cessé de rendre incroyables aux yeux du public jusqu’aux renseignements véridiques qu’elle laissait filtrer Comme l’a fort bien dit un humoriste Pierre Chaine Les mémoires d’un rat L’opinion prévalait aux tranchées que tout pouvait être vrai à l’exception de ce qu’on laissait imprimer D’où – en cette carence des journaux à quoi s’ajoutait sur la ligne de feu l’incertitude des relations postales médiocrement régulières et qui passaient pour surveillées – un renouveau prodigieux de la tradition orale mère antique des légendes et des mythes Par un coup hardi que n’eût jamais osé rêver le plus audacieux des expérimentateurs la censure abolissant les siècles écoulés ramena le soldat du front aux moyens d’information et à l’état d’esprit des vieux âges avant le journal avant la feuille de nouvelles imprimées avant le livreCe faisant Marc Bloch interroge – d’un point de vue psychologique – la valeur du témoignage Nombre de ces réflexions nourriront donc les passages consacrés au témoignage dans Apologie pour l’histoire