ePUB Les Voisins 10 juillet 1941 Un massacre de Juifs en â publitags.co

Le massacre collectif des Juifs de Jedwabne dans le courant de l’été 1941 rouvre le dossier de l’historiographie des relations entre Polonais et Juifs au cours de la Seconde Guerre mondialeIl faut mettre de côté les sédatifs administrés depuis plus de cinuante ans par les historiens et les journalistes Il est tout simplement inexact ue les Juifs massacrés en Pologne au cours de la guerre l’aient été uniuement par les Allemands à l’occasion assistés dans l’exécution de leur besogne macabre par des formations d’auxiliaires de police essentiellement composées de Lettons d’Ukrainiens et autres « Kalmouks » pour ne dire mot des légendaires « boucs émissaires » ue chacun fustigeait parce u’il n’était pas facile d’assumer la responsabilité de ce u’il avait fait ― les szmalcowniks les extorueurs ui se firent une spécialité de faire chanter les Juifs essayant de vivre dans la clandestinité En les désignant comme coupables les historiens et autres ont trouvé commode de clore ce chapitre et d’expliuer ue toute société a sa « lie » u’il ne s’agissait ue d’une poignée de « marginaux » et ue de toute manière des cours clandestines s’occupèrent d’eux En vérité il nous faut repenser l’histoire polonaise de la guerre et de l’après guerre mais aussi réévaluer certains thèmes interprétatifs largement acceptés comme explications des faits attitudes et institutions de ces années làJ T GLe massacre collectif des Juifs de Jedwabne dans le courant de l’été 1941 rouvre le dossier de l’historiographie des relations entre Polonais et Juifs au cours de la Seconde Guerre mondialeIl faut mettre de côté les sédatifs administrés depuis plus de cinuante ans par les historiens et les journalistes Il est tout simplement inexact ue les Juifs massacrés en Pologne au cours de la guerre l’aient été uniuement par les Allemands à l’occasion assistés dans l’exécution de leur besogne macabre par des formations d’auxiliaires de police essentiellement composées de Lettons d’Ukrainiens et autres « Kalmouks » pour ne dire mot des légendaires « boucs émissaires » ue chacun fustigeait parce u’il n’était pas facile d’assumer la responsabilité de ce u’il avait fait ― les szmalcowniks les extorueurs ui se firent une spécialité de faire chanter les Juifs essayant de vivre dans la clandestinité En les désignant comme coupables les historiens et autres ont trouvé commode de clore ce chapitre et d’expliuer ue toute société a sa « lie » u’il ne s’agissait ue d’une poignée de « marginaux » et ue de toute manière des cours clandestines s’occupèrent d’eux En vérité il nous faut repenser l’histoire polonaise de la guerre et de l’après guerre mais aussi réévaluer certains thèmes interprétatifs largement acceptés comme explications des faits attitudes et institutions de ces années làJ T GLe massacre collectif des Juifs de Jedwabne dans le courant de l’été 1941 rouvre le dossier de l’historiographie des relations entre Polonais et Juifs au cours de la Seconde Guerre mondialeIl faut mettre de côté les sédatifs administrés depuis plus de cinuante ans par les historiens et les journalistes Il est tout simplement inexact ue les Juifs massacrés en Pologne au cours de la guerre l’aient été uniuement par les Allemands à l’occasion assistés dans l’exécution de leur besogne macabre par des formations d’auxiliaires de police essentiellement composées de Lettons d’Ukrainiens et autres « Kalmouks » pour ne dire mot des légendaires « boucs émissaires » ue chacun fustigeait parce u’il n’était pas facile d’assumer la responsabilité de ce u’il avait fait ― les szmalcowniks les extorueurs ui se firent une spécialité de faire chanter les Juifs essayant de vivre dans la clandestinité En les désignant comme coupables les historiens et autres ont trouvé commode de clore ce chapitre et d’expliuer ue toute société a sa « lie » u’il ne s’agissait ue d’une poignée de « marginaux » et ue de toute manière des cours clandestines s’occupèrent d’eux En vérité il nous faut repenser l’histoire polonaise de la guerre et de l’après guerre mais aussi réévaluer certains thèmes interprétatifs largement acceptés comme explications des faits attitudes et institutions de ces années làJ T G